Droit social (Actualités & Jurisprudences)

  • Accueil
  • > Quand les entreprises s’inquiétent des conséquences de l’utilisation des réseaux sociaux au travail
4 décembre 2009

Quand les entreprises s’inquiétent des conséquences de l’utilisation des réseaux sociaux au travail

Publié par Gill WANDJI KEMADJOU dans Non classé

Si le déploiement de l’Internet dans l’entreprise a permis d’améliorer la productivité au cours des vingt dernières années, nombre d’entre elles commencent sérieusement à s’inquiéter des conséquences financières générées par l’utilisation des réseaux sociaux, pendant les journées de travail.

Jusqu’à très récemment, aucune étude sérieuse n’existait sur la question de l’utilisation des réseaux sociaux au travail. Depuis, des études enregistrées au Royaume-uni et en France soulignent les inconvénients de telles pratiques.

Des conséquences financières importantes

Selon le quotidien britannique  »The Telegraph », les réseaux sociaux coûteraient environ 1,38 milliards de pounds, soit 2.25 milliards de dollars aux entreprises britanniques. Plus d’un salarié sur deux admet « surfer » sur des réseaux sociaux de type « Facebook ou « twitter » pendant les journées de travail et le plus souvent pour des raisons personnelles.

le journal souligne par ailleurs que les salariés passent en moyenne 40 minutes par semaine sur ces réseaux, ce qui nuit à la productivité de l’entreprise.

Une étude menée en France a également révélé que les salariés passent en moyenne 86 minutes sur internet dont environ 58 minutes consacrées à un usage personnel.

Quel remède?

Devant un tel phénomène, on est en droit de se demander s’il faut tout simplement interdire l’utilisation des réseaux sociaux au travail.

Le quotidien « le monde » préconise la création d’une charte internet, absente dans plus de la moitié des entreprises françaises.

Le journal français  »les échos » précise pour sa part que de plus en plus d’entreprises sont amenées à bloquer l’accès à ces réseaux sociaux.

Selon une étude menée par le cabinet Robert Half Technology, près de 54% des entreprises américaines de plus de 100 salariés ont décidé de suspendre l’accès à plusieurs sites, comme Facebook et Twitter ».

Gill WANDJI KEMADJOU 

Docteur en droit

Laisser un commentaire

3D-Margot-Marina-Franck |
On s'amuse... |
cuisinebio |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CREA IUT Valence
| lesjuvenales
| April Assurance - Garanties...